Le burn-out est un sujet qui donne lieu à de très nombreuses publications, de médecins, de chercheurs, d’accompagnants, de victimes/témoins, de journalistes, etc.
Il est très difficile de s’y retrouver parce qu’il n’y a pas de définition scientifique qui fasse l’unanimité, et parce que le mot est souvent banalisé. out est un sujet qui donne lieu à de très nombreuses publications, de médecins, de chercheurs, d’accompagnants, de victimes/témoins, de journalistes, etc.
Il y a sans doute des millions de professionnels épuisés, mais il n’y a pas des millions de vrais burn-outs, dans un pays de la taille de la France.
Pourtant le burn-out peut tuer : problèmes cardio-vasculaires, tentatives de suicide, etc. Et quand il ne tue pas l’humain, il peut tuer une carrière et être bien difficile à surmonter.
L’auteur de ce livre l’a vécu et le vit au quotidien à la tête d’une équipe qui accompagne ces personnes.
Il est donc temps de dire ras-le-bol face à toutes ces imprécisions qui empêchent les profes-sionnels en danger de comprendre la gravité de ce qu’ils vivent.
Banalisation, professionnalisation, pensée unique, terminologie, reconnaissance de la ma-ladie, ce sont 5 ras-le-bols qui seront synthétisés à la fin du livre. Quant au sixième, c’est le plus important car l’auteur recommande d’attaquer la maladie au cœur pour l’éradiquer. Et le cœur c’est dans l’organisation où les gens travaillent.
Ce livre s’adresse à tout public : des individus concernés par cette maladie potentiellement très grave, des professionnels qui se préoccupent de populations en danger d’épuisement, et des lecteurs curieux d’expériences innovantes pour améliorer la vie en société.

L’acquérir