Ras-le-bol des mauvaises nouvelles : comment communiquer ?

Les médias continuent à déverser les nouvelles angoissantes et les désagréments à court terme. Tout est centré sur les capacités hospitalières.

Philosophiquement il ne serait pas acceptable de ne pas pouvoir soigner et de laisser mourir un malade faute de moyens. Mais tous les jours il y a 5 à 10 fois plus de morts du cancer que du coronavirus. Parlons moins de morts et de maladies aux vivants.

La sortie de crise est en vue. Même si c’est trop, cette pandémie fera moins de morts que le cancer… ou la faim. Nos cerveaux ont physiologiquement besoin de bonnes nouvelles. Surtout, ne perdons pas une seule occasion de mettre en avant des nouvelles positives. Elles sont si souvent oubliées.

Quant aux nouvelles problématiques, soyons très pédagogues, au besoin avec de l’aide d’un tiers, optimisons les messages, et donnons des perspectives à terme.

Notre conseil

« Regardez les crises et les échecs comme des étapes normales de la vie »

(chapitre 1 des 33 clés)

Préparer dès maintenant l’après-crise avec des projets

Notre cerveau fonctionne avec un besoin de projet depuis l’enfance. « Qu’est-ce qu’on fait le week-end prochain ? »

Nombreux sont ceux qui manquent en ce moment de perspectives et que se désespèrent de l’absence de calendrier de sortie de crise. C’est évidemment ardu de faire des projets dans certains secteurs économiques à l’arrêt, mais il faut vraiment esquisser et construire des projets pour l’après-crise.

Pour les semaines à venir il est important de mettre des jalons, de créer des évènements. Après 10 mois de crise, il faut combattre l’usure qui découle de la monotonie de ces journées au déroulement invariable.

Notre conseil

« Développez votre capacité à vous projeter »

(chapitre 19 des 33 clés)

Soigner la loyauté des collaborateurs

Les recruteurs ont du succès en ce moment. Certains combattent l’ennui en changeant d’employeur. Le problème devient sérieux, évidemment pour les postes en tension, mais on peut aussi perdre un bon collaborateur qui veut simplement changer d’air.

C’est surtout à la fin de la crise que des problèmes vont se poser. Avec des comptes d’épargne remplis, avec des privations de fêtes, de vacances, nous aurons tous envie d’en profiter personnellement. Et l’entreprise pourrait être une priorité basse, alors qu’il faudra retrousser les manches pour relancer les affaires ou saisir des opportunités.

Alors n’hésitez pas, en ce moment, à multiplier les signes positifs et les égards. Les entreprises qui ont fait beaucoup en 2020 ressentent une forme de gratitude : « Waouh, on a eu cela ici et cela n’était pas pareil ailleurs… »

Notre conseil

« Donnez-vous régulièrement des occasions de rire et de faire la fête »

(chapitre 31 des 33 clés)

en 60’ ou 90’ le CREDIR forme et accompagne en vidéo. Sur les 50 thèmes disponibles, voici ceux qui marchent le mieux ces jours-ci.

Grands témoins à énergie positive

Dans la morosité actuelle, rechargeons les batteries en énergie positive. Une championne du monde de ski qui a dominé ses blessures. Un meilleur sommelier de France qui a vaincu une tumeur au cerveau. Une malade du COVID qui a frôlé la mort à 2 reprises et magnifie la beauté de la vie.

En savoir plus

Nos ateliers

Faites du bien à votre cerveau pour l'après crise : concevoir des projets dans vos 3 vies

Les neurosciences nous enseignent que le cerveau a besoin de scénarios positifs pour le futur pour aller bien. Face à une crise qui va durer longtemps, remplissons nos 3 vies de projets. Vie1=professionnelle. Vie2=personnelle. Vie3=extra-professionnelle.

En savoir plus

Nos ateliers

Comment (ré)équilibrer votre énergie en période de stress et/ou de transition ?

Le stress et l’incertitude nous rongent à petit feu. De jour en jour les bonnes résolutions s’étiolent : moins d’exercice physique, moins de socialisation, plus de nourriture ou d’alcool, plus d’addictions numériques. Il faut redresser la barre pour ne pas perdre son énergie.

En savoir plus

Nos ateliers

Mini conférences gratuites

Avec les fondateurs du CREDIR le mercredi à 18.00, le vendredi à 08.00 et sur demande

Vous pouvez également prendre contact avec

Les porte-paroles et fondateurs du CREDIR Jean-Denis BUDIN et Dominique BRUNISSEN partagent les analyses de l’équipe interdisciplinaire de recherche du CREDIR, tout au long de la crise que nous vivons. L’humain est en effet mis de plus en plus en péril par le SYNDROME #L.E.S. (LASSITUDE EPUISEMENT SOLITUDE).

Cette pandémie COVID est un long marathon à courir avec une ligne d’arrivée fluctuante. Il faut éviter les blessures physiques et psychologiques. Mais elles se multiplient en ce début d’automne. Les consultations psy font le plein. L’absentéisme est en train de monter dangereusement.

L’équipe du CREDIR bénéficie de 10 ANS DE RECHERCHES SUR L’EPUISEMENT DES HUMAINS : elle présente des outils pertinents et des moyens de communiquer efficacement et positivement.

Profitez de cette opportunité de rencontrer 2 conférenciers et auteurs très pertinents sur ces sujets. Liens vidéoconf sur demande.

Nous contactez via la page ContactMieux comprendre le concept de Qualité de Vie Globale (QVG)

Le CREDIR accompagne les entreprises en curatif comme en préventif, mais nous préférons tellement prévenir que guérir. N’attendez pas une catastrophe humaine…

Leave a Reply